Čeština‎NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoSlovenščinaEspañol
Retour vers le journal

16/8: Boult-aux-Bois

Jeudi 16/8 : En route vers la dernière halte en France, au départ de Reims et de ses jolis parterres de fleurs, sous un soleil généreux qui maintient le niveau de batteries, pour une étape en trois terroirs séparés par une butte. D’abord, en sortant de Reims, la fin du vignoble, et les premières indications pour Luxembourg. Ensuite après la butte de Cernay, la campagne Marnaise, faites de terres agricoles à perte de vue, et de champs d’éoliennes. Enfin, après Vouziers, et une nouvelle grimpette, l’entrée dans le terroir ardennais, vallonné et boisé…

Pause-café à Pontfaverge-Maronvilliers puis lunch et sieste derrière la « mairie de poupée », avec son campanile, de Machaut, où j’identifie les bruits venus de la chaîne avant : un resserrage des boulons de fixation de la roue s’imposait !

Puis arrivée à Boult-aux-Bois, au sud-est de ce département des Ardennes (08) -dont j’ai bien connu, avec un souvenir mitigé, la pointe nord- aux trois frontières avec la Marne (51) et la Meuse (55). Pour une de ces rencontres inattendues qui auront illuminé mon voyage. Maden, l’hôte Warmshowers qui devait nous recevoir a décalé ses vacances, et a donc pris accord avec son voisin Jacques, d’origine Rémoise, pour que ce soit lui qui nous reçoive. Et qui nous a offert un formidable accueil.

Physiquement, j’aurais presque pu croire que le Virtonais Roald était là un jour plus tôt.

Relationnellement, une rencontre avec une personnalité riche d’expériences multiples. Qu’il est plus simple d’appréhender comme un patchwork en petites touches éparses: concepteur mécanique et socio-éducateur, objecteur de conscience, cinquième maison éco-construite de ses mains, gîte de groupe, animation avec carriole et cheval, maison de la nature, parcours d’artistes, « si on ne s’entoure pas de jeunes, on vieillit con », quatre enfants qui ont choisi de vivre dans des squatts, agence de l’énergie, voisinage, maraîchage, administrateur de « La Hulotte, le journal le plus lu dans les terriers », porte ouverte, deux poubelles par an, écolo effrayé par les verts français, franc-parler trash, mise en réseau …

Mais surtout quelqu’un en perpétuel mouvement, qui ne s’installe jamais… Tout a l’air pour lui toujours provisoire et pourrait changer très vite. Ainsi la maison qu’il occupe actuellement est encore en travaux, et l’objet de projets… tout en étant en vente, à condition que ce soient des jeunes, qui veuillent vivre et travailler là, qui l’achètent…

Bref, si vous passez dans le coin, faites halte à Boult-au-Bois, un village de 140 habitants qui a une âme spéciale, dont il faut voir le parcours d’artistes, et aussi s’enrichir de la rencontre de Jacques !

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des