Čeština‎NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoSlovenščinaEspañol
Retour vers le journal

30/7: Orgon

Lundi 30/07 : C’est de bonne heure que je quitte un Michel Vannoo subitement débordé par des enterrements, pour entamer la première étape vers le nord.

Deux kilomètres d’ascension pour sortir de Septèmes avant un long faux plat descendant pour atteindre au km 25 la première des deux étapes du jour, Lafare-les-Oliviers, via l’aqueduc de Roquefavour et en passant à côté du village perché de Ventabren.

Lafare, où je m’arrête au siège des sociétés créées par Marie-Paule Vandenhout, la première, Société Provençale d’Aromathérapie, en 1984 avec son mari André Magonet, les autres complétant ensuite une véritable success story.

Je sais que, parmi les enfants qu’elle a eu lors de leur vie à Spy avec Yves Collart, je ne pourrai y rencontrer Catherine, qui vit en Belgique, ni Frédéric, aujourd’hui éminent chef de service de chirurgie cardiaque à l’hôpital de la Timone à Marseille, mais peut-être Dominique, qui y travaille… Las, il est en mission au Maroc, et je croise furtivement Julie son épouse en charge de la gestion comptable, tandis que Marie-Paule, qui donne un stage à une délégation étrangère, n’est pas dispo…

Arrêt de courte durée donc, et il est 11h30 lorsque je me présente à ma deuxième étape au km 40, le stand Mondovélo du Sport 2000 de Salon-de-Provence, où j’ai demandé par mail rendez-vous pour le changement des pneus du Trimobil. C’est après la pause de midi qu’on pourra me recevoir, à 14h ; En 40 minutes, dépose et pose des deux roues sont effectués… Je vais pouvoir repartir.

Juste un contrôle de routine avant de reprendre la route : check des moteurs, puisque le vélo est sur cric… Et là, constat que le moteur gauche ne répond pas…

Vérification des connexions, des câblages, inversion des raccords, contact avec Guillaume, pas facile à joindre sur le Sun Trip au Kazakhstan, avec Joël en Belgique inversion des systèmes, re-démontage, re-remontage,… A 30 minutes de la fermeture du magasin, pas de solution en vue.

Il faut trancher : soit rester là, au F1 voisin où j’ai par précaution réservé, et ré-essayer demain, soit se mettre en route avec un seul moteur d’assistance, sans savoir ce que ça va donner dans les grimpettes, et espérer un contact de Guillaume… Je décide de tenter… La chaîne avant tombe, puis la fixation du câble du changement de vitesse ! Sont-ce des signes pour bien m’indiquer de rester sur place ? Je ne les écoute pas, je répare et fais les 21 kms qui me séparent de ma destination, Orgon, ville à population quasi exclusivement maghrébne, où j’arrive à plus de 21h, ayant au passage loupé la vidéo-conférence prévue avec la réunion de JEM pour lequel je n’ai pas achevé mon boulot.

Malgré douche et repas, je suis fatigué et las, et si, sur une étape en Italie j’ai envisagé de choisir l’abandon, et à Bastia j’ai craint que la technique me fasse abandonner, ici, ce sont les deux qui sont présent, les possibilités de contrainte et de choix d’abandonner… Pas de réseau en plus ce soir… Je me couche avec des idées noires, sans avoir rédigé mon post quotidien…

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des