Čeština‎NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoSlovenščinaEspañol
Retour vers le journal

28/7: Septèmes-les-Vallons

Samedi 28 : On roule samedi, maintenant ? Ben, oui, après le long congé Corse, trois jours d’affilée, c’est pas trop… En route pour Septèmes-les-Vallons, juste au nord de Marseille, pour 64 kilomètres en trois phases : la DN7, pendant 20 kilomètres, avec une solide grimpette dont le sommet révèle un fabuleur décor, puis un sympathique arrêt à Pourcieux, puis, entre Trets & Gardanne, une sublime piste cyclable de 20 bornes, et enfin, le D6 devenant une voie rapide trop dangereuse, un « faufilement » dans un dédale de petites routes vers le but du jour, atteint avant 13h.

Pour entrer, après l’heure de la sieste, à la maison paroissiale de Septèmes, dont l’occupant est Michel Vannoorenberghe, un ami de quarante ans. Au départ vicaire de Spy, où j’ai été au Patro au moment où la faculté m’a interdit le sport à cause de la maladie d’Osgood Schlatter, puis s’est poursuivi par la co-organisation des rencontres des jeunes de la Basse-Sambre à Mornimont.
Puis curé de Spy, devenu un ami qui nous a hébergé au presbytère le temps de la construction de notre maison de la rue de Floreffe, hébergement pendant lequel notre fils aîné Aurélien est né, et dont il est le parrain (imaginez une poussette d’enfant dans le hall d’entrée d’un presbytère, ou des braillements d’enfants pendant une réunion de catéchistes !?!).
Puis doyen de Fosses devenu grand supporter de la St-Feuillen. Puis, à 65 ans, retraité expatrié comme il l’avait toujours dit vers le sud de la France pour bénéficier d’un temps chaud et en finir avec les problèmes articulaires que la météo humide attisait.

Mais finalement pas retraité puisque rattrapé par l’évêque d’Aix pour prendre en charge la paroisse, d’abord de Ventabren , village perché, puis de Septèmes, proche des quartiers nord de Marseille, plus conforme à ce qu’il avait mené comme action en tant que « curé rouge », aumônier des équipes populaires, en Basse-Sambre… Aujourd’hui, à 75 ans, il a remis la démission réglementaire à l’évêque, qui l’a imploré de continuer encore un an… au moins !

Chouettes retrouvailles, avec lui, et avec un autre de ses visiteurs, père Claude Thiran, moine de l’Abbaye de Maredsous, dont, comme le monde est petit, je connais certains membres de la famille.

Dans l’après-midi, saut jusque Saint-Mitre les Remparts près de Martigues, pour enlever les pneus, rayons et pince « anderson » préparés par Guillaume Devot de Declic-Eco. Puis souper ensemble, avec un barbecue et de bonnes frites faites à la Belge, retrouvées avec plaisir après 10 semaines d’abstinence. La parcours évitant aussi la déshydratation en ces temps caniculaires, du « petit jaune » dans les verres de l’OM jusqu’à la grappa, en passant par le Rosé de Provence…

Ce dimanche, jour non roulé où je vais en profiter pour quelques travaux de bricolage sur le vélo… avant les deux semaines de remontée vers Paris !

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des